Le Deal – Jazz Traficantes

C’est en écoutant la dernière émission de Gilles Peterson (disponible ICI), que j’ai découvert, Le Deal, ce groupe de jazz français dont l’album « Jazz Traficantes » est sorti le 16 octobre sur Favorite Recordings.

Le Deal c’est la nouvelle aventure musicale des meilleurs jazzmen français avec Florian Pellissier (Piano & Fender Rhodes – Camaraõ Orkestra, Cotonete, Aldorande, Setenta), Yoann Loustalot (Flugelhorn – Bruit Chic, Old & New Songs, Aerophone, Lucky Dog), Théo Girard ( Contrebasse – Pensée Rotatives, Discobole) et Malick Koly (Batterie – The Wallace Roney Quintet).

Inutile de dire qu’ils ont l’habitude de jouer partout dans le monde et assez souvent à New York. Lors de l’un de ces voyages dans la Grosse Pomme, ils ont découvert que le légendaire studio Van Gelder (où la plupart des albums de Blue Note, Verve et CTI étaient enregistrés) était toujours actif et ouvert, ils ont donc décidé de réserver une session de quelques jours.

Voici l’histoire racontée par Florian Pellissier: Les morceaux avaient été écrits la veille. Nous allions les parcourir puis enregistrer. Un plan simple. Van Gelder était décédé depuis un certain déjà, mais il a laissé les clés et les codes secrets à sa fidèle assistante Maureen avant de partir créer le bon son au paradis. Rien n’avait changé dans l’atmosphère ou la configuration, pas même la façon dont les micros étaient placés. Le studio et ses poutres en bois respiraient encore le jazz new-yorkais des années 60, les rues faiblement éclairées et les clubs où tout pouvait arriver après minuit. Maureen a su capturer l’ambiance des sessions et mettre en bouteille l’énergie sans en renverser une goutte, en prenant un soin infini de collecter chaque ton de cymbale, roulement de tambour et phrase de trompette, sans perdre une seule corde de basse vibrante ou la moindre pause du clavier.

En effet, les quatre contrebandiers ont réussi à livrer un album exceptionnel, rempli de thèmes qui resteront coincés dans votre tête, tout comme dans la performance de 19 minutes «Mexican Junkanoo Suite» et ses trois parties. Mais plus que de belles mélodies, Le Deal a vraiment réussi à apporter un sens du drame à leurs compositions, allant dans les émotions les plus profondes à travers des arrangements éviscérés, improvisant avec une grande attention à l’articulation de leurs idées. Du début à la fin, les musiciens et les ingénieurs ont fait de leur mieux pour imiter le bon son vintage. Jazz Traficantes pourrait prouver une fois pour toutes que le French Jazz peut effectivement traverser les frontières.

3 commentaires sur « Le Deal – Jazz Traficantes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :